Paroisse de Leuze-en-Hainaut

UNITE PASTORALE DE LEUZE-EN-HAINAUT
Unité pastorale refondée
Aller au contenu


Une Parole … Une Prière

Messe de la
Vigile pascale,
le samedi dans la nuit
 
Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des par-fums pour aller embaumer le corps de Jésus. De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil. Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »
Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande. En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur.
Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé. Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 16, 1-7
 
 
Messe du matin du Dimanche de Pâques
 
Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20, 1-9
 

Messe du soir du Dimanche de Pâques
 
Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empéchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
 
Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24, 13-35
 
 

 
Hymne pour le matin de la Résurrection

 
Lumière du monde, ô Jésus,
Bien que nous n’ayons jamais vu
Ta tombe ouverte,
D’où vient en nous cette clarté,
Ce jour de fête entre les fêtes,
Sinon de toi, ressuscité ?

Quand sur nos chemins on nous dit :
Où est votre Christ aujourd’hui
Et son miracle ?
Nous répondons : D’où vient l’Esprit
Qui nous ramène vers sa Pâque,
Sur son chemin, sinon de lui ?

Nous avons le cœur tout brûlant
Lorsque son amour y descend
Et nous murmure :
L’amour venu, le jour viendra
Au cœur de toute créature,
Et le Seigneur apparaîtra.

Et si l’on nous dit : Maintenant
Montrez-nous un signe éclatant
Hors de vous-mêmes !
Le signe est là qu’à son retour
Nous devons faire ce qu’il aime
Pour témoigner qu’il est amour.


Patrice de La Tour du Pin - CNPL -


 
Hymne pour le soir de la Résurrection
 
Que cherchez-vous au soir tombant
Avec des cœurs aussi brûlants ?
Où courez-vous en abaissant
Vos têtes ?
Tout simplement le jour promis
À ceux qui auront accueilli
Cette lumière que Dieu dit
Luire aux ténèbres.
 

N’étiez-vous donc pas prévenus ?
Ce nouveau jour qui apparut
Lors de la Pâque de Jésus,
Il monte ;
Où irions-nous si ce n’est là ?
Quand notre lumière décroît,
Nous savons bien qu’il est déjà
Le jour du monde.

Et vous aussi, venez le voir,
Mais hâtez-vous, car il est tard !
Chacun de nous aura sa part
De grâce ;
Chacun de vous, s’il prend l’esprit,
Et l’esprit vous mène à sa nuit,
Verra surgir ce jour promis :
C’est Dieu qui passe.

Voici pourquoi nous accourons
À sa nouvelle création :
Dieu fait toujours ce qui est bon
Pour l’homme.
Il le découvre peu à peu,
Doucement il ouvre nos yeux,
Car rien n’est impossible à Dieu,
Puisqu’il se donne

Patrice de La Tour du Pin - CNPL -    
 

Méditation du Pape François…

PAPE FRANCOIS
 
Année B – VEILLEE PASCALE EN LA NUIT SAINTE - Homélie
 
31 mars 2018
 
Basilique vaticane


 
 
Nous avons commencé cette célébration à l’extérieur, immergés dans l’obscurité de la nuit et dans le froid qui l’accompagne. Nous sentons le poids du silence devant la mort du Seigneur, un silence dans lequel chacun de nous peut se reconnaître et qui descend profondément dans les replis du cœur du disciple qui, devant la croix, reste sans parole.
 
Ce sont les heures du disciple, sans voix devant la douleur engendrée par la mort de Jésus : que dire devant une telle réalité ? Le disciple qui reste sans voix prenant conscience de ses propres réactions durant les heures cruciales de la vie du Seigneur : devant l’injustice qui a condamné le Maître, les disciples ont fait silence ; devant les calomnies et le faux témoignage subi par le Maître, les disciples se sont tus. Durant les heures difficiles et douloureuses de la Passion, les disciples ont fait l’expérience de manière dramatique de leur incapacité à prendre un risque et à parler en faveur du Maître ; de plus, ils l’ont renié, ils se sont cachés, ils ont fui, ils sont restés muets (cf. Jn 18, 25-27).
 
C’est la nuit du silence du disciple qui se trouve transi et paralysé, sans savoir où aller face à tant de situations douloureuses qui l’oppriment et l’entourent. C’est le disciple d’aujourd’hui, sans voix devant une réalité qui s’impose à lui, lui faisant sentir et, ce qui est pire, croire qu’on ne peut rien faire pour vaincre tant d’injustices que nombre de nos frères vivent dans leur chair.
 
C’est le disciple étourdi parce qu’immergé dans une routine accablante qui le prive de la mémoire, qui fait taire l’espérance et l’habitue au “on a toujours fait ainsi”. C’est le disciple sans voix et enténébré qui finit par s’habituer et par considérer normale l’expression de Caïphe : « Vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas » (Jn 11, 50)

 
 
Et au milieu de nos silences, quand nous nous taisons de manière si accablante, alors les pierres commencent à crier (cf. Lc 19, 40) et à laisser la place à la plus grande annonce que l’histoire ait jamais pu contenir dans son sein : « Il n’est pas ici, car il est ressuscité » (Mt 28, 6). La pierre du tombeau a crié et par son cri, elle a annoncé à tous un nouveau chemin. Ce fut la création la première à se faire l’écho du triomphe de la Vie sur toutes les réalités qui chercheront à faire taire et à museler la joie de l’Evangile. Ce fut la pierre du tombeau la première à sauter et, à sa manière, à entonner un chant de louange et d’enthousiasme, de joie et d’espérance auquel nous sommes tous invités à prendre part.
 
Et si hier, avec les femmes, nous avons contemplé « celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19, 37 ; cf. Za 12, 10), aujourd’hui avec elles nous sommes appelés à contempler la tombe vide et à écouter les paroles de l’ange : « Vous, soyez sans crainte ! […] Il est ressuscité » (Mt 28, 5-6). Paroles qui veulent atteindre nos convictions et nos certitudes les plus profondes, nos manières de juger et d’affronter les événements quotidiens ; spécialement notre manière d’entrer en relation avec les autres. Le tombeau vide veut défier, secouer, interroger, mais surtout il veut nous encourager à croire et à avoir confiance que Dieu “vient” dans toute situation, dans toute personne, et que sa lumière peut arriver dans les coins les plus imprévisibles et les plus fermés de l’existence. Il est ressuscité de la mort, il est ressuscité du lieu dont personne n’attendait rien et il nous attend – comme il attendait les femmes – pour nous rendre participants de son œuvre de salut. Voilà le fondement et la force que nous avons comme chrétiens pour répandre notre vie et notre énergie, notre intelligence, nos affections et notre volonté dans la recherche et spécialement dans le fait de produire des chemins de dignité. Il n’est pas ici… Il est ressuscité ! C’est l’annonce qui soutient notre espérance et la transforme en gestes concrets de charité. Comme nous avons besoin de faire en sorte que notre fragilité soit marquée de cette expérience ! Comme nous avons besoin que notre foi soit renouvelée, que nos horizons myopes soient remis en question et renouvelés par cette annonce ! Il est ressuscité et avec Lui ressuscite notre espérance créative pour affronter les problèmes actuels, parce que nous savons que nous ne sommes pas seuls.
 
Célébrer Pâques signifie croire de nouveau que Dieu fait irruption et ne cesse de faire irruption dans nos histoires, défiant nos déterminismes uniformisants et paralysants. Célébrer Pâques signifie faire en sorte que Jésus soit vainqueur de cette attitude lâche qui tant de fois, nous assiège et cherche à ensevelir tout type d’espérance.
 
La pierre du tombeau a fait sa part, les femmes ont fait leur part, maintenant l’invitation est adressée encore une fois à vous et à moi : invitation à rompre avec les habitudes répétitives, à renouveler notre vie, nos choix et notre existence. Une invitation qui nous est adressée là où nous nous trouvons, dans ce que nous faisons et ce que nous sommes ; avec la “part de pouvoir” que nous avons. Voulons-nous participer à cette annonce de vie ou resterons-nous muets devant les événements ?
 
Il n’est pas ici, il est ressuscité ! Et il t’attend en Galilée, il t’invite à retourner au temps et au lieu du premier amour pour te dire : “ N’aies pas peur, suis-moi”.
 
Pape François
Source Texte et illustrations : Vatican


Dans notre Diocèse de Tournai…
Mgr GUY HARPIGNY - Message de Pâques 2021


 
Le dimanche 04 avril, Dimanche de Pâques,
cliquez sur l’image ci-dessus
pour entendre le message de notre Evêque,
Monseigneur Guy Harpigny…
Certes, la fête de Pâques se vit une nouvelle fois chez soi ou en petit comité. Mais cela n'amoindrit en rien le message de ce moment fort de l'année liturgique: "Sur le bois de la croix, la mort et le mal sont vaincus", nous rappelle Mgr Guy Harpigny.

 
Dans l'Eglise de Belgique…
Pâques 2021 : espérance, solidarité, vie
Les Évêques de Belgique demandent de faire sonner les cloches de toutes les églises de notre pays, le jour de Pâques à midi.

Dimanche prochain, le 4 avril, les catholiques du monde entier célébreront la grande fête de Pâques. Suite à la pandémie de coronavirus, les célébrations ne pourront se dérouler dans les églises qu'en présence de 15 personnes au maximum par célébration dans notre pays. Comme l'année dernière, ce sera une Pâques différente.
Pourtant, ce sera vraiment Pâques. C'est dans un moment difficile comme celui-ci que le message de Pâques se veut porteur d'espérance et d'avenir. Jésus vainc la mort, la vie a le dernier mot.
Les Évêques de Belgique veulent donner une résonance tout à fait particulière à cette Bonne Nouvelle, en ce temps de pandémie. Ils demandent que les cloches de toutes les églises de notre pays sonnent le dimanche de Pâques à midi. En signe de réconfort et d'espérance pour les victimes du coronavirus et tous ceux qui les entourent des soins les meilleurs. En signe d'encouragement pour ceux qui luttent sans relâche contre le virus.
En signe de lien entre nous tous : c'est en unissant nos forces que nous vaincrons cette pandémie.
Christ est ressuscité – Il est vraiment ressuscité !
SIPI -Service de presse des Évêques de Belgique
Bruxelles – Mardi 30 mars 2021

Un mot  du Curé…
 
JEUDI-SAINT
 
Messe en mémoire de la Cène
 


« Participer à l’Eucharistie, c’est aussi s’agenouiller
devant l’Humain et le regarder d’en bas »
…Aujourd’hui, c’est le moment de ce dernier repas, de l’institution de ce qu’on appellera très vite la « Fraction du Pain », plus tard l’« Eucharistie », et bien plus tard encore, la « Messe »…
La Messe, c’est un chemin vers l’union à Dieu dans l’amour… Mais l’Eucharistie n’est pas une réalité abstraite, puisqu’elle est appelée à se concrétiser dans le concret le plus réel du Corps ecclésial du Christ : « Devenez ce que vous recevez », chantait déjà St Augustin : devenir Corps du Christ les uns avec les autres, dans une même mission au cœur du monde. Et c’est là le sens de l’Evangile que nous venons d’entendre et qui nous rapporte ce geste de Jésus qui s’agenouille aux pieds de ses disciples...
Car Jésus s’agenouille aux pieds de ses disciples… aux pieds de chacun/e d’entre nous… Avez-vous déjà pensé à cela ?... Quand Jésus s’agenouille le soir de la Cène, je ne regarde pas son geste (le lavement des pieds) qui est sans doute, en tant que tel, désuet à notre époque et dans notre culture, mais je regarde ses yeux… son regard… car Jésus me regarde d’en bas !... Quelle découverte ! Notre Dieu ne nous regarde pas de haut, mais de bas… et il nous dit : « C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous ». Alors, nous aussi, nous devons regarder d’en bas !
Au milieu de la crise sanitaire que nous traversons, dont nous savons les effets immédiats et dont nous devinons les effets à long terme, plutôt que de nous lamenter, plutôt que d’user notre énergie à critiquer, utilisons-la cette énergie pour nous agenouil-ler, nous aussi… Regardons tous ces uniformes de pompiers, de policiers, de militaires, toutes ces blouses blanches de médecins, d’infirmiers, de psychologues… aussi tous ces politiques qui doivent prendre des décisions difficiles car ils savent bien (ils ne sont pas idiots !) qu’elles vont à l’encontre de tout ce que nous souhaitons… Regardons tous ces anonymes qui travaillent dans les services des hôpitaux, à domicile, dans les maisons de repos, dans les centres de vaccination, dans les laboratoires de recherche, dans les comités gouvernemen-taux… Regardons-les non pas de haut comme si nous, nous avions la solution qui sans doute n’existe pas… mais regardons-les d’en bas… c’est-à-dire avec le regard de Jésus agenouillé… Célébrer aujourd’hui l’institution de l’Eu-charistie, c’est aussi apprendre à regarder comme le Christ agenouillé…
Alors, ce soir, devant cet Autel où le Christ nous convie, retenons la façon dont le Christ Jésus nous regarde : d’en bas ! Alors, nous pourrons suivre l’exemple qu’il nous donne et devenir témoins de l’amour qui sauve en nous donnant à notre tour… Participer à l’Eucharistie, ce n’est pas que communier au Corps du Christ, c’est aussi et en même temps s’agenouiller devant l’Humain et le regarder d’en bas…  Amen.
(Illustration : Le Tintoret, Le Lavement des pieds, 1547, Musée du Prado, Madrid)
(Extraits de l’Homélie du Jeud-Saint)
Chanoine Patrick Willocq
Pâques… Enfin !...

M E R C I . . .
…à tous ceux qui ont permis, chacun avec ses dons et le temps dont il disposait, les belles célébrations que nous avons connues au cours de la Semaine Sainte dans les différents clochers de notre Doyenné et ce, malgré le confinement que nous connais-sons toujours… MERCI aux clochers de Pipaix et Chapelle-à-Oie qui nous ont accueillis pour le Mercredi des Cendres… MERCI aux clochers de Vieux-Leuze, Leuze et Grandmetz pour les Messes des Rameaux ! MERCI aux clochers de Thieulain, Leuze et Willaupuis pour la Messe de la Cène du Seigneur ! MERCI aux clochers de Blicquy, Pipaix, Thieulain, Willaupuis, Grandmetz, Vieux-Leuze pour le « Chemin de Croix » ! MERCI au clocher de Leuze pour les trois célébrations de l’Office de la Passion, la Veillée pascale et les Messes du Dimanche de la Résurrection !
MERCI aux sacristains et aux organistes, aux lecteurs, aux personnes qui assurent la décoration de nos églises, aux coordinateurs dans chaque clocher…
Nous le savons bien : nos communautés chrétiennes sont parfois bien fragilisées, mais ce qu’elles peuvent, elles le font toujours de grand cœur et dévouement… C’est cela aussi le témoignage du Christ ressuscité… et en ces temps difficiles, il était important de faire retentir l’espérance de Pâques dans nos églises ! Merci à tous !
Heureuse fête de la Résurrection !
Que la Lumière de Vie qui est le Christ Jésus vous rejoigne tous en particulier dans ces moments difficiles pour notre monde…
Chanoine Patrick Willocq
Nous porterons dans notre prière ...


Funérailles
 
 
Monsieur Jackie Hermant demeurait à Leuze. La Liturgie des Funérailles a été célébrée le mercredi 31 mars 2021 en l’église de Leuze.

Aux proches, nous redisons toute notre sympathie dans la foi et l’espérance de l’Evangile.


 
Intentions de prière pour notre semaine

+ Béni sois-tu pour les témoins de la lumière de Pâques…
Nous te prions pour tous les nouveaux baptisés de cette nuit… Qu’ils grandissent dans la foi et soient accueillis par des communautés fraternelles…
Nous te prions pour tous les baptisés… Que chacun témoigne de la Vie ressuscitée dans les plus petits gestes du quotidien…

+ Béni sois-tu pour ceux qui gardent foi et confiance dans l’espérance de ton salut au moment des épreuves…
Nous te prions pour les pays en guerre… leurs dirigeants… les hommes, les femmes et les enfants qui les habitent… Nous te prions pour ceux qui connaissent chez nous et ailleurs l’épreuve du deuil, de la maladie ou du handicap, tous ceux qui se sentent seuls et sont désespérés… Qu’ils découvrent le réconfort de ton amour et le chemin de la paix…

+ Béni sois-tu pour ceux qui croient en la vie éternelle…
Nous te prions pour tous ceux qui nous ont précédés auprès de toi… en particulier, tous les défunts de notre communauté qui nous ont quittés depuis Pâques l’année dernière… Nous te prions pour toutes les familles en deuil… Que la lumière de Pâques et le signe du Tombeau vide renforcent leur foi et leur espérance dans les moments de doute ou de révolte…

+ Béni sois-tu pour notre communauté qui annonce la Bonne Nouvelle de ton Evangile…
Nous te prions pour tous ses membres… présents et absents… Que leur foi et l’engagement de leur baptême soient renouvelés…
Prier, Vivre la Messe et le Carême depuis chez soi…  






Pour les familles… les enfants

Un chant à écouter
Vers Pâques 2021…
Pour les plus jeunes et les aînés
Dimanche de Pâques
 
La Résurrection de Jésus
Lecture du soir… ou du matin…
JE L’AI DÉCOUVERT LORSQUE J’ÉTAIS AU SÉMINAIRE DE TOURNAI ; IL M’Y A ACCOMPAGNÉ DANS TOUTES LES ÉTAPES…
DEPUIS, J’Y REVIENS TOUJOURS ET SI SOUVENT…

PATRICE DE LA TOUR DU PIN,
POÈTE DU CHRIST PASCAL


L’Art qui conduit à la Transcendance

Une image pour nous guider : L’art au service de la Foi…
LES RENCONTRES AVEC LE RESSUSCITÉ (I)
« L'APPARITION DU CHRIST AUX TROIS MARIE »


Quand la musique nous conduit aussi…
* Dans l’univers des Cantates de Bach…
L’Oratorio de Pâques BWV 249
La Cantate BWV 6
 
« Bleib bei uns, denn es will Abend werden »
 
« Demeure parmi nous, car le soir approche »
* Douceurs et tremblements de l’Orgue…
PÂQUES A L’ORGUE
 
 
1/ Jean-Sébastien Bach – Choral BWV 649
 
« Ach bleib bei uns, Herr Jesu Christ »
2/ Jean-Sébastien Bach – L’Orgelbüchlein
 
Préludes pour le jour de Pâques
3/ La Séquence de Pâques
 
Victimae paschali laudes
4/ Jean-François DANDRIEU
 
Offertoire pour le Jour de Pâques
5/ Marcel DUPRE
 
Résurrection (extrait de la Symphonie-Passion)

* Pour le plaisir de l’oreille…
Gustav MAHLER
 
Symphonie n° 2 « Résurrection »
CONTACTS

M. le Chanoine Patrick Willocq, curé
Responsable de l’Unité pastorale
Curé de tous les clochers de l’entité de Leuze
Tour Saint-Pierre 15
7900 Leuze-en-Hainaut
069/77.79.03
0479/62.66.20

M. le Diacre Jean-Marie Bourgeois
Pastorale du Baptême des petits enfants – Pastorale scolaire
Grand-Rue 56
7900 Leuze-en-Hainaut
0470/100 340

M. le Diacre Michel Hublet
Mise à jour du site internet
Avenue de la Croix-Rouge 44
7900 Leuze-en-Hainaut

Règlement Général sur la Protection des Données – RGPD – 25 05 2018


Responsable du traitement des données personnelles : Abbé Patrick Willocq,
Curé - Adresse : voir plus haut
Délégué  à la protection des données :
Secrétaire général de la Conférence  épiscopale belge -
Adresse : asbl Centre interdiocésain, rue Guimard 1,  1040 Bruxelles - Tél. : 02/507 05 93 -
Autorité de contrôle : Rue de la Presse 35, 1000 Bruxelles - Tél. : 02/274 48 00 -

Secrétariat décanal
Tour Saint-Pierre 15 – 7900 Leuze-en-Hainaut
069/77.79.03
Permanences : mardi et vendredi de 9h30 à 12h00
En cas d’absence, s’adresser à M. le Doyen

Dans la région…

Des sites internet aussi
 
(cliquer sur les logos ci-dessous)

L’unité pastorale de Leuze  
                                         
Le diocèse de Tournai
               
Retourner au contenu